samedi 25 mars 2017

Un petit coin de Pyrénées

Allez viens, je t'emmène à Lourdes! Non ce n'est pas une blague, c'est réellement là bas que l'avion a atterri. Si ce n'est pas un miracle de partir au petit matin de Paris et d'arriver une petite heure plus tard au pied des montagnes... je ne sais pas ce que c'est!


J'étais ravie de partir en blog trip dans cet endroit que j'affectionne particulièrement et en compagnie d'Isabelle. Les Pyrénées je les connaissais déjà un petit peu et j'ai appris à les connaitre encore mieux.


Un accueil jovial et familial nous a été réservé au camping Sunêlia des trois vallées. C'est là que nous allons résider quelques jours. Le cadre est merveilleux, les montagnes nous entourent, c'est calme et reposant, on inspire un grand coup... nous y sommes, nous sommes en vacances!


Sunêlia regroupe 30 campings et villages vacances haut de gamme en France, Italie et Espagne. Celui d'Argeles-Gazost propose plusieurs formes d'hébergements: les mobiles home tout confort dans lesquels nous serons logées, les "coco sweet" qui sont de grandes tentes entourées de verdure et toutes aménagées, ou des emplacements pour tentes et caravanes pour ceux qui arrivent déjà tout équipés. Les emplacements sont spacieux, tout ici est entouré de végétation! C'est cosy, bucolique, et vous aurez pour proches voisins une famille de petits lapins ♥


Quelques soient nos affinités avec la formule "vacances au camping", ici on a le choix et tout le monde peut profiter des infrastructures de l'établissement. Les salles de bains sont spacieuses, pensées avec goût, faites avec des matériaux nobles et d'une propreté remarquable... digne des plus grands hôtels et tout ça en plein air! Aucune excuse pour les plus réfractaires! Ici c'est confortable et joli.

 

L'idéal quand on a des tout petits: on peut prendre ses aises, son temps et les laisser barboter sous la douche tout en se brossant les dents juste à côté... ce sont peut être des détails pour vous mais pour les parents ça veut dire beaucoup!

 

Nous prendrons notre premier repas au restaurant du camping qui sert une cuisine simple mais régionale, saine et très bonne. Après avoir pris quelques forces, nous ferons la connaissance de Vincent, notre guide! Cet après midi nous commencerons à explorer la région. Direction le lac de Gaube! (On nous conseille de prendre une petite laine et des bonnes chaussures de marche... quelques gouttes de pluie sont annoncées).

 

La randonnée s'annonce humide mais nous n'allons pas être découragées par un peu d'eau tombée du ciel et quelques nuages gris. Passage par le pont d'Espagne... Nous commençons l'ascension et un énorme orage s'abat sur nous. C'est impressionnant, magnifique, ici la nature a tous les droits. Le froid nous mord les cuisses mais nous tenons bon jusqu'en haut. Nous sommes trempées jusqu'aux os mais c'est si beau! 



La vue sur le lac est splendide...

 

Après un bon thé chaud et une part de tarte aux myrtilles nous repartirons pour une descente plus pénible... heureusement les télésièges sont là pour raccourcir notre calvaire.


video


Et à la fin de cette randonnée aussi magnifique que frigorifiante, nous prenons la direction des Jardins des Bains à Argelès Gazost, à quelques centaines de mètres du camping. Nous profitons de ce merveilleux moment pour tester les bains à remous, le hammam, le bain turc, le bain des musiques et des huiles essentielles... tout un parcours pour réchauffer nos corps engourdis et nous détendre avant le repas du soir. Les Jardins des Bains comprennent aussi un très bel institut de beauté.

 

Nous demanderons une petite excursion à Lourdes by night. Le lieu est un peu particulier. Las Vegas n'est pas moins illuminé et les boutiques de souvenirs ne désemplissent pas. La dévotion n'a pas vraiment de limite ici.

 

Après une nuit paisible dans nos mobiles home, nous prenons quelques forces. Au programme de la journée: marche jusqu'au Cirque de Gavarnie! Un lieu magique que j'aime énormément.

 

Tout est comme dans mes souvenirs, la magie du petit matin en plus. Le soleil est bien présent et notre guide nous a réservé un petit goûter avec une spécialité de la région : la tourte aux myrtilles! Dans ce décor si majestueux et si paisible, la promenade est un régal.

 

Nous reprenons vite la route car à Luz Saint Sauveur, c'est la Saint Michel, autrement appelée "la grande foire aux côtelettes". L'ambiance bat son plein, bandas, chanteurs et danseurs s'en donnent à coeur joie.

 

Nous dégustons les spécialités locales très copieuses au son tonitruant des instruments à vent. Cette fête semblent être une institution et on se sent privilégiées d'en faire partie. Les Pyrénées se sont ses montagnes, sa gastronomie mais aussi ses habitants!

video


Après en avoir pris plein les oreilles et plein l'estomac, direction Hautacam pour dépenser tout ça! La station du Hautacam c'est la solution pour profiter de l'altitude en été tout en s'amusant. Nous avons testé la mountain luge! J'ai starkiffé! (tellement que j'en ai fait 5 tours! oui, sur une luge j'ai 5 ans!)

 

La sensation de vitesse est géniale et cet air pur... c'est une excellente activité à faire avec ses enfants tout en redevenant enfant. Sur la station j'ai également découvert le gyropode. Garder son équilibre sur cet engin n'est pas évident au premier abord mais on s'y fait assez vite. J'aurais adoré poursuivre l'expérience dans le cadre d'une petit randonnée. Je pense que c'était une grande première pour toutes les filles présentes.

video


Mais vite il faut monter plus haut dans la montagne. En 4x4 nous atteignons les sommets. Ce soir nous assistons à un moment exceptionnel : le brame du cerf! Nous les observons à la jumelle, il y a des passionnés autour de nous. Le spectacle est alors accompagné de leurs explications. Le coucher de soleil est magnifique là haut. J'en reste bouche bée. Cette journée a vraiment quelque chose de magique.


Oh mais attendez! Nos estomacs sont presque vides là! On redescend et nous nous attablons à l'auberge l'Arrioutou. Tout y est typique. L'endroit est toujours complet. C'est très riche et très bon. Nous nous demandons comment nos corps vont survivre à tant de nourriture mais je tiens bon, je veux tout goûter, c'est délicieux et tout est cuisiné maison... nous rentrerons repues.


Le lendemain, les propriétaires du camping Sunêlia les trois vallées, nous font découvrir l'endroit qu'ils gèrent avec amour pour accueillir les vacanciers. Tout a été pensé pour les familles. Tout petits, enfants, ados... tout le monde trouvera des activités adaptées. Le lieux est propice aux rencontres, aux apéros improvisés. L'espace aquatique comprend une piscine intérieure avec jets hydromassants, deux piscines extérieures, des jacuzzis,  deux pataugeroires et une rivière à courant.



Ici pas le temps de s'ennuyer, juste le temps de s'amuser. Sunêlia proposent des activités dans des espaces consacrés aux enfants: Kapla, sable magique... tout est prévu même en cas de mauvais temps.

 

Et les parent ne sont pas en reste, le camping propose des animations pendant toutes les vacances pour vous créer des fous rires et des souvenirs inoubliables.

 

Notre visite d'Argeles-Gazost s'est terminée avec la découverte du parc animalier des Pyrénées. Un endroit qui enchantera vos enfants. Ils pourront donner à manger aux marmottes, observer les loups ou les ours, tendre la main vers les oiseaux. Les espèces d'animaux y sont très diversifiées. J'avais très peur du côté "zoo" mais ici la nature entoure vraiment les animaux, les soigneurs sont accessibles et ouverts à la discussion, les animaux font partie d'un programme de sauvetage, de conservation et de réintroduction via la fondation de l'établissement. Celui ci offre d'ailleurs la possibilité de passer une nuit dans des "écolodges" douillets permettant l'observation des loups et des ours de très près. Une expérience unique pour les amoureux de la nature.


Je suis repartie de ce séjour très court et très intense avec la seule envie d'y revenir avec Nino et ma petite belette à couettes. Je leur ai montré les photos en leur promettant de les y emmener, en leur promettant à eux aussi la magie des Pyrénées!




Un grand merci au camping Sunêlia les trois vallées pour son accueil chaleureux, à Sunêlia de m'avoir invité à découvrir un de leurs camping haut de gamme, à Yacine de l'agence Hémisphère Sud pour sa confiance.


video


Carnet d'adresses:




Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 11 mars 2017

Cadavre exquis


Tout part d'une sombre histoire de vie de jeune fille. Une jeune fille que je suis redevenue, malgré moi, en récupérant le nom de mon papa, sur mes papiers, mon compte en banque et ma carte de fidélité Séphora.


Oui une jeune fille, malgré mes 33 piges, ma ride du lion et mon fucking cheveu blanc. Je n'en ai qu'un ou deux ou trois, coriaces et qui repoussent exactement au même endroit. Bref, mon allure ne trompera personne, je ne suis plus une jeune fille mais une femme libérée... et il a raison Cookie (enfin, il a eu tord pour le pseudo) ça n'a pas été si facile.


Et puis ceux qui traversent les océans, ceux qui gravissent des montagnes, ceux qui réussissent leurs exams, ils reçoivent une récompense, ils font des photos souvenirs et ils fêtent ça avec leurs amis. Moi aussi je voulais marquer le coup. L'océan a été traversé, la montagne gravie et l'examen validé. Elles m'ont toutes soutenue, de la première à la dernière larme que j'y ai laissé. Elles m'ont accueillie chez elles, elles m'ont fait rire, elles m'ont emmené au bout du monde, elles m'ont fait manger et elles m'ont saoulée d'amour et de champagne. Elles ont changé mes idées noires en gris pâle, elles m'ont fait sortir de ma zone de confort, elles ont porté ma dignité, mes meubles et mon amour propre à bout de bras... je leur devais bien ça.





Alors on a trouvé une date où elles pourraient toutes être là. Il en a manqué quelques unes, forcément, mais je crois qu'on n'aurait pas été plus au complet que ce premier week end de mars. Je voulais leur faire plaisir, je voulais les chouchouter, je voulais les remercier puissance mille pour tout ce qu'elles m'ont donné. Mais j'étais complètement à cours d'idées... C'est là que la magie de l'internet a opéré (encore une fois) pour que cette Divorce Party soient à l'image des femmes que nous espérons être, des nanas déterminées et décomplexées, des mamans responsables et fun, des copines infaillibles et franches, des êtres farfelues qui n'hésitent pas à mettre un peu de paillettes et à distribuer des sourires dans la rue. Des fois que ça se répande... et ça marche...





Rendez vous est pris avec une coiffeuse que l'on m'a chaudement recommandée. Je m'occupe de ramener du maquillage, du vernis... Un photographe pour immortaliser le résultat? Elles adoreraient! Serge Collana répond à mon appel de détresse et adhère au projet. Je réquisitionne l'appartement de Nino (qui deviendra incessamment sous peu, et en toute humilité, le plus joli air bnb de Troyes *auto-publicité*) qui se situe en plein centre ville. Je remplis le frigo. Je cuisine des cupcakes pour le goûter, je fais lever une pâte à pizza pour le soir et je façonne deux belles brioches pour le lendemain. Quelques bonbons et quelques bulles au frais... tout est prêt!




La suite n'a été que du bonheur: des discussions de filles, des coiffures divines, des yeux de biches, des lèvres rouges, des robes et des chaussures par dizaines, des fou-rires par centaines, des paillettes par milliers... Après avoir usé les miroirs de nos reflets, nous sommes parties arpenter les pavés humides de la cité tricasse. Le vent et la pluie n'auront pas eu raison de nos sourires et de notre bonne humeur... en petites robes et talons hauts, nous avons pris la pause pour immortaliser notre joie de vivre et notre inlassable amitié. Malgré le froid, nous nous sentions forte et jolies. Les passants ne s'en sont pas remis.







La suite de cette soirée a été classée "Secret Défense", sauf pour les voisins qui ont profité de nos voix mélodieuses et de nos ragots de bonnes femmes jusqu'à épuisement.




Je suis chanceuse d'avoir des amies aussi chères, je suis heureuse d'avoir pu déterrer le spectre de ma vie de jeune fille pour lui redonner un souffle de folie. Ce jour là, la page s'est définitivement tournée, j'espère que la jeune fille que j'étais est fière de moi et je souhaite sincèrement que la femme que je deviens n'en restera pas là.







Merci à Cynthia
Merci à Emma
Merci à Isabelle
Merci à Aurélie
Merci à ma Sistah
Merci à Mimil
Merci à Aurélie (oui y'en a deux)
Merci à Valérie
Merci à Harmony
Merci la vie!



Crédits photos: Serge Collana Photographies


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 23 février 2017

De la boite à chaussures bleue à celle qui imitait vachement mal E.T.

Préambule: La semaine dernière ma copine Cynthia racontait sur son blog son moment de solitude pré-vacances. Pour qu'elle se sente moins seule, je vais te raconter cette fucking semaine qui a commencé avec une aventure formidable et passionnante...

Je me suis achetée une paire de baskets toutes neuves et qui courent vite. Oui, moi, je suis comme les enfants, je suis persuadée que plus les chaussures de sport sont flashys, plus elles courent vite... l'effort que je pourrais éventuellement fournir en les portant, n'aurait strictement rien à voir là dedans.

Bien sûr je les avais extrêmement bien rangé, bien sûr, le jour J, quand il a fallu les sortir vite pour aller courir vite avec Nino avant la tombée de la nuit, elle ne se sont pas montrées. Les pu... coquinettes! J'ai pesté. Ce soir là j'avais les nerfs. Des fois j'ai les nerfs en pelote, rien ne me calme à part transpirer un bon coup ou chanter du Beyoncé à fond. J'ai eu pitié des nerfs de Nino qui étaient à aussi à fleur de peau et nous sommes allés courir, mes vieilles baskets roses à mes pieds...

Au retour j'ai cherché de nouveau la boite bleue qui contenait les baskets multifluos (qui, entre parenthèses, coutent un rein de rhinocéros albinos)... sans succès. Le lendemain j'ai cherché encore. Le surlendemain un petit peu encore. La casa se révèle alors pleine de recoins insoupçonnés, ou pas. J'ai abandonné. Nino les retrouvera un jour plus tard, dans une boite... grise. Fin de l'histoire.

Marre toi! J'accumule les poisses. La lose est revenue! Mais punaise elle est revenue en mode concentrée, tenue extra forte, ni clous ni vis pour me coller aux basks! (les neuves donc)(toujours toutes neuves d'ailleurs).

J'ai vu trois fois le médecin en 8 jours. Je vais t'épargner les détails glamours de ma vie féminichic... le truc le plus racontable étant une sinusite qui m'a valu une extinction de voix et le surnom de Bonnie Cocker / Joe Tyler pendant trois bonnes journées. Bref les antibiotiques ce n'est pas automatique sauf quand ta voix pue la testostérone et que ton nez n'est plus qu'une corne d'abondance morvifique. Moi ma boite de mouchoirs et ma valise de médicaments menions une vie tranquille, délicate et reposante, quand dimanche soir... j'ai trouvé le moyen de composer le 15.

Un médecin régulateur, fort sympathique au demeurant, m'a annoncé que, manifestement, je n'y échapperais pas et que je devais prendre tranquillement mais surement le chemin des urgences. Oh chouette, chouette, chouette! Une """petite""" (tu comprendras les triples guillemets plus tard) soirée aux urgences en amoureuuuuux!

Tout commence par ma voix virile, qui, depuis la cuisine, balance un "aïe putain!" et une réponse paniquée, émanant du salon, qui me rétorque "tu t'es coupée?". Il me connait bien mon Nino, il nous aime tellement, moi et ma maladresse, qu'il a tout de suite su, sans voir, juste en entendant mon exclamation mélodieuse. Aaaah l'amour! ♥

Bref, je m'étais coupée. Ça pissait le sang partout. J'ai fait le Petit Poucet version Tarantino de la cuisine à la salle de bain. Mon Nino il m'a demandé "qu'est-ce qu'on fait?", je lui ai dit "on emballe le bazar grosso merdo et on fait le 15". Il y avait peut être un mince espoir d'éviter l'attente interminable des urgences mais j'étais intimement persuadée qu'il faudrait faire un peu de couture sur mon joli n'index.

Le gentil docteur du 15 m'a dit qu'il m'enverrait une ordonnance pour que Nino fasse la vaisselle à vie, parce qu'apparemment, ce n'est pas une bonne idée de laver des gros couteaux qui tranchent aussi bien quand on a la gaffe facile. Je pense qu'il a kiffé ma voix sexy et cristalline (hum hum).

Ce soir là, j'avais eu l'outrecuidance de faire la vaisselle, après avoir préparé le repas et avoir mis en cuisson des mignons petits pains sans pétrissage. Petits pains qui nous promettaient un plateau télé, digne d'une soirée dominicale, "posey" sur le canapé ! Saucisson et camembert en sus. On a décidé d'attendre que les petits pains soient cuits. J'ai mis mon manteau, Nino a mis dans un sac de quoi nous faire de chouette sandwichs et de l'eau qui pique... j'aurais su, on aurait pris un peu de côte du Rhône pour faire couler.

Grand bien nous en a pris car l'attente a duré 5 putain de fucking longues heures. Bienvenue à la cour des miracles! On voit de tout, on entend de tout aux urgences. On a mal pour les bouts de choux qui arrivent en pleurant de douleur, on sourit aux réflexions séniles mais drôle d'une petite dame qui a du se faire mal mais qui ne se rappelle pas vraiment comment, on flingue du regard les imbéciles odieux qui se plaignent de la prise en charge, qui sont là, mais finalement... on ne sait pas trop pourquoi. Je les trouve d'ailleurs bien virulents, tous ces connards, pour des personnes en mauvaise santé. Je n'avais pas franchement mal, l'infirmier m'avait refait mon pansement en arrivant parce que l'oeuvre d'art de Nino, bien que solidement magnifique, n'était pas super safe, ni pratique.

On a attendu. On a mangé nos petits sandwichs, on a bouquiné, on a rit, on a baillé 1352 fois et à 1h30 du matin, on appelait enfin mon nom. Une jeune médecin pleine d'entrain entre dans le boxe et m'annonce la sentence après un suspens insoutenable... ça fera deux points de suture ma petite dame! Mince j'avais pensé y échapper et elle avait presque douté, mais c'était trop profond pour risquer quoi que ce soit, j'y avais été un peu fort sur l'escalope de doigt. Nous étions donc parti pour un petit tuto couture non filmé! (Je suis une grande courageuse mais le petit hameçon là, je n'ai pas voulu le regarder me piquer). J'ai soufflé quatre petites fois et c'était fini, ça n'était pas si pire que ça, même si j'aurais largement préféré une petite pose de vernis. Je l'avais suggéré à la docteur super enjouée, mais elle m'a certifié qu'elle était plus douée en suture qu'en manucure. Un pansement, posé par un infirmier taciturne et complètement blasé, plus tard... nous pouvions repartir pour la casa. Avant, nous avons fait une petite halte à la pharmacie de garde pour chercher quelques cachetons qui me garantiraient un micro sommeil sans douleur. Micro, parce que la nuit allait être plus courte que les pantalons de ma môme qui pousse à la vitesse d'un champignon saupoudré au césium.




Dimanche, enfin... lundi 3h du mat', me voilà affublée d'une voix d'ange, d'un gros pansement à l'index droit (oui je suis droitière, sinon c'est pas drôle) et d'une profonde fatigue. Un médoc et un bout de chocolat plus tard (c'est pour les endorphines, si,si), Morphée m'emmenait dans ses bras, Nino ronflait contre moi et après quatre petites heures de volupté, le réveil sonna.

Cette semaine a donc commencé avec une journée de boulot fortement caféinée...

Sinon mercredi j'ai vu le dentiste parce que j'avais mal aux dents et mardi j'avais vu l'esthéticienne pour mon élagage mensuel. J'en ai d'ailleurs déduit que, ce mois-ci, forte de mon expérience de tatouée des côtelettes et d'apprentie bouchère, se faire épiler la minette, à côté de ça, mesdames et mesdames ce sont de simples vacances sur la Croisette!

Quoi? Nous ne sommes que jeudi? OMFG!

 FIN (OU PAS)


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 16 février 2017

Ass de coeur

Aujourd'hui on fête l'amour, avec un grand A. On le fête, qu'il soit vrai, qu'il soit faux, qu'il soit heureux ou hasardeux, qu'ils soit bienveillant ou dérangeant. On cache tout sous des montagnes de fleurs, de lingerie fine, de bijoux et de chocolats. Aujourd'hui tous les couples légitimes et illégitimes s'aiment et c'est comme ça!

C'est tant mieux pour les fleuristes et pour les bijoutiers. C'est moins bien pour les coeurs brisés. Les célibataires vont secrètement ou intentionnellement ruminer, les cocus feront l'impasse le temps d'une soirée, les couples accomplis feront l'effort de ne pas s'engueuler, les amoureux transis ne feront une  pause que le temps de respirer. Les maitresses vont pleurer... les veuves...

Elle est cruelle cette Saint Valentin. Elle oblige les gens bien à s'améliorer, les connards à mentir et les gens malheureux à manger leur tristesse par la racine. Elle oblige à se dire qu'on s'aime alors que c'est la seule chose que l'on devrait se dire sans contrainte, et surtout pas à date imposée.


 La Saint Valentin elle est belle pour les fins heureuses, les histoires insouciantes, le chiffre d'affaire des restaurateurs et la croissance économique. Pour la croissance démographique aussi sans doute... Dans toute cette effusion, cette surenchère de sentiments, il y aura bien la création purement fortuite de quelques enfants.

Votre coeur vous appartient, l'amour qu'il en sort vous appartient, la liberté d'aimer ou non vous appartient. Le 14 février n'y changera rien. Avec Nino, on se lance des "Je t'aime" à tire-larigot. La légende urbaine voudrait que multiplier le "Je t'aime" serait le galvauder. Il fut un temps où je l'aurais cru, où l'engrenage d'une preuve d'amour quotidienne, et à heure fixe, me poussait à prononcer des mots insensés, des mots pas pensés. Aujourd'hui je te dirais que le secret de l'amour-toujours réside peut être, quand même, quelque part par là! Que prononcer "Je t'aime", à haute voix, quand celui ci est au bord des lèvres est la plus saine expression de l'amour. Ce sont les mots les plus riches et les plus doux. Pourquoi se créer une espèce de garde fou? Pour se protéger de quoi? Si l'amoureux s'en va, la douleur n'en sera pas moins forte d'avoir retenu ce feu d'artifice au fond de soi...

Je suis intimement persuadée que le "Je t'aime" impulsif et désordonné ne pourra pas se déprécier. Autant de cadeaux que d'instants volés, autant d'intentions qui combleront l'être aimé. Ne soyez pas avares de "Je t'aime" mais ne le dites pas si l'envie n'y est pas. Il doit sortir parce qu'il vous brule la gorge d'être emprisonné là, il doit sortir parce qu'à cet instant, la seule chose qui compte c'est ça!

L'amour ne doit pas vous enchainer à des rituels sans suspens et sans saveurs, il doit rester libre. Vous devez rester libre. Donnez de l'amour, gardez votre coeur. L'amour est un flux qui peut se donner sans retour, sans coeur on meurt. Gardez toujours cette image en tête. Ne soyez jamais le captif de quelqu'un d'autre. Vous n'appartenez qu'à vous même.

Je vous souhaite de recevoir de vos amoureu(ses)x une multitude d'attentions toute l'année ♥

Le titre de ce billet? C'est une private joke que ceux qui me connaissent bien sauront déchiffrer sans peine. Je suis de ceux qui gravent leur peau pour ne pas oublier, sur la mienne je grave sans cesse la liberté.





#KeurSurVous


Rendez-vous sur Hellocoton !