lundi 19 septembre 2016

Love is in the web

Même si avec Nino ça a été ce qu'on pourrait appeler "une rencontre à l'ancienne", il faut avouer que sans un coup de pouce 2.0, nous n'en serions pas à partager nos paquets de dragibus équitablement (c'est à dire que je garde les noirs, les bleus et les violets hinhin!).


Aussi bien en amour qu'en amitié, je remarque que les personnes qui m'entourent ont souvent passé le filtre du web. Le filtre du web? Oui! On ne se connait pas, on ne s'est jamais vu, mais on fait connaissance par écrans interposés. On zappe vite fait les relous, les déficients orthographiques et syntaxiques, les apprentis Rocancourt, les dépressifs, les apprentis Dorcel, les mous du genou, les bas du front, les ramollis du bulbe et les fans de Christophe Maé. Celui qui arrivera à aligner dix mots sans faire une faute et sans faire allusion à nos boobs a de bonnes chances d'être admissible au test suivant.

Bien sûr il y aura toujours des vendeurs de rêves. Toi aussi, d'ailleurs, une fois inscrite sur un site de rencontre comme Parship par exemple, tu seras commerciale pour ton propre compte, à coup de profils survitaminés et de selfies surglamourisés. Parce qu'on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre! #ConseilVintage.

Dans la jungle du célibat tout est permis tant que les conditions de chacun sont respectées. Faut pas se leurrer, y'a du rentier déshérité et fauché qui cherche un foyer et du mec marié et frustré qui cherche de la poupée... tant que tu évites le pervers narcissique et les apprentis Christian Grey tu es sauvée! 

Il n'empêche qu'à partir de quelques échanges on arrive déjà à cerner les personnes, à tisser des liens. Je suis une fervente partisane de la drague par écrit. On peut tout transmettre avec des mots, on peut  mettre de l'esprit, du romantisme, de l'humour, de l'envie dans nos dialogues. Une sérénade par mail c'est so 2016. Après tout, internet c'est une autre petite fenêtre ouverte sur un jardin où les Roméo ne souffrent ni de la distance, ni de la garde des Capulet pour nous proposer une petite virée.

Il faut laisser une chance au petit gars bien qui se cache parmi la meute de loups. Il n'y a pas de raison, si tu recherches l'amour via les internets, c'est que tu n'es pas la seule à y avoir pensé, qu'il y a forcément quelqu'un d'aussi cinglé que toi pour y avoir songé et qui espère tomber sur une petite nana sympa, un peu comme moi, un peu comme toi.

Aujourd'hui, Cupidon bosse aussi, mais surtout en wifi! ;-)








Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. Oh comme c'est bien écrit ! Moi j'ai rencontré mon amoureux à 16 ans et n'ai donc jamais fait l'expérience du web. Je vois bien des couples qui se forment par ce biais et qui me prouvent donc que Cupidon bosse en wifi (j'adore la formule ;), oui. Pourtant je me suis toujours dit que ça me semblait super difficile, à moi, pour le coup ! Effectivement il faut déjà faire un tri énorme des personnes qui n'ont pas les mêmes attentes que nous, disons, mais j'ai surtout l'impression que ce côté où on sait tout de suite qu'on est jugé dans l'optique de se mettre en couple me paralyserait ! Ça me semble hyper dur de rester soi ou de ne pas écarter un profil trop vite qui aurait pu nous plaire en fait si on l'avait rencontré dans d'autres circonstances...

    RépondreSupprimer

Dis moi tout!