dimanche 3 mai 2015

"Oh ben maintenant, vous savez, les parents ne mettent plus de fessées!"

Cette phrase je l'ai encore entendu il n'y a pas si longtemps, de la bouche d'une personne tout à fait charmante, mais qui a surement élevé ses enfants comme ses parents l'ont fait, parce que ma foi, ce n'est pas devenu une mauvaise personne et que ça marche bien comme ça.

Jeudi dernier c'était la journée de la non-violence éducative. Et comme toutes ces choses qui mérite une journée spéciale pour qu'on en parle, on se dit que c'est un sujet qui mériterait d'être abordé toute l'année.



Bien sûr qu'une fessée n'a jamais tué personne, sinon on ne serait plus assez nombreux pour en témoigner. On ne demande à personne de se transformer en pédo-psy (et surtout pas en Marcel Rufo) et de n'être que paix,  amour et douceur de vivre H24 pour ses enfants, parce que jouer avec nos nerfs, ça ils savent le faire.

Le truc c'est peut être juste de commencer à se poser les bonnes questions, à se remettre en cause, à se dire qu'il existe peut être d'autres façons.

"Oui mais quand je cries, que je le punis ou que je lui donne une fessée, il arrête ses bêtises!"
Normal, quand tu te prends une mandale, l'envie de recommencer elle te passe vite. C'est efficace. La bêtise ne sera surement pas réitérée, en tout cas pas dans l'immédiat. Mais la douleur, l'humiliation, la rancœur envers ses parents? C'est un bon moyen d'appréhender la vie en société ça? La confiance en soi elle n'arrive pas toute seule, faut la pécho et lui dire de rester là.

"Oh ça lui passera!"
Te souviens-tu des fessées que tu as prises? Et du sentiment que tu as eu envers tes parents à ce moment là? Tu vois, on grandit, on pense aussi aux moments chouettes mais ceux là, ils ne passent pas.

"Mais une punition c'est pas une fessée!"
Non c'est vrai, mais une punition ou des cris tonitruants à fêler un double vitrage c'est un peu comme une fessée sans traces de doigts sur le postérieur. On s'en rappelle longtemps.

"On ne va quand même pas tout leur passer"
Non non, on va même les encourager à recommencer... Sinon y'a la solution du pshiiit d'eau, à vaporiser dès qu'un gnome touche à un truc interdit. Mais si tu sais, comme pour les chats! Il y a aussi les ultrasons qui éloigne les taupes, les chiens et les petits bipèdes. Nous on s'en fout, passés 20 ans, on n'y est plus sensible du tout... Tu vois, avec un peu d'imagination, on en trouve des solutions!

Mais WTF? Un peu de compréhension, de calme et d'amour. C'est ce que tout le monde demande bordel! Il faut essayer, à tout prix, de le donner à nos enfants. Et être bienveillant ça n'empêche pas d'être ferme avec ses enfants, ce n'est pas être laxiste, c'est prendre son temps.



Illustration par It's a mum's life

On demande à un enfant de comprendre sa bêtise, l'impact de celle ci sur sa vie et celle des autres. Apprendre à réparer sa bêtise c'est souvent pas mal pour saisir cet impact. Et essayer c'est déjà bien. 

Moi aussi à la fin d'une journée bien reloue j'ai du mal à supporter les boulettes d'une Chouquette surexcitée et fatiguée. J'essaie de ne pas crier. Parfois ça m'échappe et je m'en veux. Parce que ça n'avance à rien, je décharge une vieille frustration qui sera vite remplacée par une autre encore plus pourrie.

Parle avec tes enfants, parle, parle. Donne leur la parole. Laisse les s'exprimer. Communique avec eux. Fais leur comprendre ce qui est bien, ce qui est mal. Dis leur quand c'est bien. Dis non et explique pourquoi quand c'est mal. Et réconforte, dis leur que tu les aimes, que tu seras toujours là pour eux. Laisse passer les colères et discute joue contre joue ensuite. 

Ma Chouquette se met en colère, souvent. Je laisse passer les cris, les larmes. Et je reviens vers elle quand le gros de la tempête est passée. Je lui dis toujours qu'elle a le droit d'être en colère mais que si nous disons non, c'est qu'il y a une bonne raison. On se fait un gros câlin et on laisse partir le chagrin.

Je me mets en colère, parfois. Je m'isole un peu histoire de me calmer. Et je reviens vers elle quand le gros de la tempête est passée. Je lui explique pourquoi j'étais en colère contre elle et que je n'aurai pas du crier. On se fait un gros câlin et on laisse partir le chagrin.

Nous ne sommes pas parfaits, nous ne sommes que des parents. Ne jamais laisser un enfant seul avec des doutes, de la rancœur et du chagrin. Les bêtises c'est leur façon à eux d'exister, de nous tester, répondre de façon bienveillante, être présent c'est surtout ça être parents.
 
La non violence c'est dans les mots, les gestes et les actes. Être zen et compréhensif all night day long c'est impossible, surtout quand ton pull blanc tout neuf (et qui t'as couté la moitié d'un rein) vient d'être immaculé de sauce tomate aux colorants E160. Boude un bon coup, tu es maman maintenant, écoute ce conseil tout simple: "pas de vêtements blancs pendant les heures de repas! NEVER OF THE LAÏFE!


#CestPasFacileTousLesJours #BigUpLesParents



Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. J'adore ce billet : drôle, tendre et tellement juste !!

    RépondreSupprimer
  2. J'adhère complètement!
    L'éducation traditionnelle est basée sur l'irrationnel, c'est tellement illogique d'autoriser la violence sur son enfant et de l'interdire sur le reste du monde!

    Et, concernant les bêtises qui ne seront pas réitérées je rajouterais même que: lorsque j'en discute souvent autour de moi, et que je leur demande s'ils continuaient quand même, on me répond encore souvent: "ah, c'est vrai, ça ne m'empêchait pas d'en refaire et des pires!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens aiment rester sur leurs acquis car c'est ce qu'ils connaissent et ce qu'ils connaissent est rassurant pour eux. Dur dur de faire entendre qu'on peut faire autrement.

      Supprimer
  3. j'adore ton hashtag biguplesparents tu m'étonnes!! ici aussi pas de fessée et c'est pas facile facile... je suis sure qu'elle ne sais même pas ce que ce mot signifie... car pas de chantage non plus "si tu veux pas ça, c'est fessée" and co...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chantage c'est un peu plus dur, j'avoue que je suis parfois faible. Quand elle réclame un bonbon, j'ai parfois tendance à lui dire que ça serait bien de ranger le bazar avant... même si je sais que ce n'est clairement pas la solution idéale.

      Supprimer

Dis moi tout!