mercredi 5 février 2014

Quand nos mignons petits enfants deviennent violents

Je pense que tous les parents y ont été ou y seront confrontés un jour. La socialisation de nos mini-nous passe par la vie en collectivité et tout ce que ça implique.

Chez nounou, à la crèche, à l'école, face à leur petits homologues, nos monstres sont en plein apprentissage de la vie. Il leur faut apprendre à partager, à donner, à recevoir, à jouer ensemble, à attendre leur tour, à faire des concessions, à faire leur petite place dans ce monde de foufou.

Et apprendre tout ça, ça demande du temps, ça cause des frustrations, des désillusions et beaucoup d'incompréhension. En période de terrible two, le simple fait qu'il n'y ai qu'un seul ballon rouge pour deux enfants est susceptible de déclencher un cataclysme... même si à coté il y en avait un jaune et un vert... (Nota Bene: la déco de fête monochrome économise vos tympans)



Dans ces cas là les contrariétés de nos greffons doivent être exprimées, le problème c'est qu'elle peuvent prendre différentes formes comme des "t'es pas belle maman" ou des coups. Quand on n'a plus les mots, on tape...

Avec Chouquette on a déjà essuyé quelques phases où elle faisait mine de nous taper quand elle se mettait en colère... et quelques périodes où elle passait vraiment à l'acte. On l'a toujours reprise en lui disant bien que *attention discours digne de Miss Univers* taper ça fait mal donc c'est méchant et c'est interdit. Oui c'est cul-cul mais il faut bien commencer par le commencement.

Je lui ai aussi plusieurs fois proposé, en cas de grosse colère, de taper dans un coussin ou de jeter ses peluches par terre. Je lui ai dit que ça, ce n'était pas grave et qu'on rangerait toute les deux après. Parce qu'après tout il faut bien qu'elle s'évacue sainement cette colère, ça serait encore pire de la réfréner. [Le saviez vous: il ne faut en aucun cas mouiller ou faire manger un enfant qui a réprimé sa colère après minuit]

Il y a quelques semaines, elle avait pincé sa petite camarade de jeu chez la nounou. Super-Nounou a su trouver les mots (il faut le savoir: les siens ont toujours plus d'impacts que les nôtres, c'est injuste mais c'est comme ça) et on en a reparlé le soir à la maison pour savoir le pourquoi du comment. Elle n'a jamais recommencé.

Cette semaine elle s'en est repris à sa copine. Nouvelle discussion avec Super-Nounou qui cette fois n'a pas trouvé la cause de la discorde. Le soir, à mon retour du travail on a essayé de percer le mystère toutes ensembles. Chouquette, les larmes aux bords des yeux, lâche un "nounou a pas l'aidé!". Et là, Super Nounou comprend. Le midi elle avait du aider la copine a manger car elle en avait un peu renversé. Chouquette a pris très mal le fait que la nounou aide sa bestah et pas elle, qui y arrivait toute seule. C'était donc une sombre, sombre histoire de jalousie pour deux cuillerées de riz. On lui a donc expliqué que d'habitude la copine mangeait aussi toute seule mais que là elle avait eu besoin d'aide. 

Le soir, avec l'Homme, on lui a ressorti le couplet sur "taper c'est mal" et on a aussi beaucoup insisté sur le fait qu'on était fiers qu'elle mange toute seule comme une grande et que si les copains n'y arrivaient pas, qu'elle pouvait aussi les aider. Et surtout que le jour où elle aurait besoin qu'on l'aide, nounou et les copains seront là. Le lendemain il n'y a eu aucun incident à déplorer.

C'est toujours un peu délicat de se dire que nos enfants puissent faire du mal à d'autres. Bien sûr il n'y a pas toujours d'explications compréhensibles par les adultes à un accès de violence mais je reste persuadée qu'il y a toujours une raison et qu'il faut se forcer à la trouver.

Faire la morale c'est nécessaire mais ce n'est pas suffisant, se voiler la face non plus. Nous sommes loin d'être des anges et d'avoir engendrer des agneaux. C'est à nous de les aider à respecter les autres et à se faire respecter. On doit accepter nos erreurs, comprendre nos failles de parents et se remettre sans cesse en question (sans que ça tourne non plus à l'obsession) mais surtout il ne faut pas laisser couler. 

Une petite tape, une chamaillerie entre enfant, ça peut sembler peu de chose, mais c'est surtout une manière pour eux de nous interpeller. Nos petites bombes peuvent très vite être désamorcées, même si la solution n'est pas toujours facile à trouver.

Bon courage parents démineurs!



Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

  1. j'ai grave besoin de déminage en ce moment...ma Broutille (bientôt 17 mois) ne cesse de frapper sa soeur, et les copains de chez nounou...sans raison apparente...Sa soeur passe à côté d'elle? hop, une bonne tape en passant... elle essaie de la faire rire? bam, la torgnole tombe... huhu...j'avoue que je suis un peu dépourvue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas toujours facile de leur faire comprendre que c'est grave de taper. Pour eux c'est surtout une manière de communiquer. Bon courage.

      Supprimer
  2. Nous aussi on connait les périodes où elle frappe ou jette tout ce qui lui tombe sous la main avant de s'aplatir par terre et pleurer sans qu'on puisse la toucher ! On attend qu'elle se calme avant de passer au couplet "taper c'est pas bien" et de trouver ce qui ne va pas avec elle. Pas facile tous les jours !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est pas évident d'avoir une prise sur eux. Je suis d'accord avec toi ça demande de la zénitude et de la patience.

      Supprimer
  3. J'adooooore quand tu parles éducation de ta fille parce que franchement je sens tellement de bienveillance que ça illumine mon petit coeur (sisisi).
    C'est super je trouve qu'elle arrive à exprimer le pourquoi du comment. Ca permet de désamorcer la situation.

    Le Crapiot est un crécheux et bien que le seul à la maison pour le moment, il est assez partageur, ou tout du moins il lâche l'affaire assez vite. Pas de crise de violence avec les autres. Par contre un autre petit garçon l'a méchamment bousculé (un vrai petit ***, je le sais de source extérieure), ça l'a carrément bouleversé mon tit père (il hurlait "JE SUIS TRISTE, MOI TOMBE !!!!". Du coup l'Homme était en mode warrior et lui a expliqué comment réagir la prochaine fois.

    Mais à une période à la maison on a dû serrer la vis fort fort fort pour cause de tapes sur nous. Comme toi avec ta chouquette, on lui a dit que taper c'était très méchant, que personne n'avait le droit de le taper lui, donc lui devait se tenir à la même règle (respect de soi, de l'autre toussa). Maintenant il dit : "CA M'ENERVE !!!" ou "CA M'AGACCCCCE !!!!".
    Le Crapiot met facilement des mots sur ses émotions aussi (depuis quelques temps son grand truc c'est "ça fait de la peine à moi que toi tu pars" le soir, au coucher).

    Oups désolée pour le roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah chez nous c'est "C'est pas jute!" Oui des fois c'est pas juste mais c'est comme ça. Je pense que j'ai de la chance parce que malgré son fort caractère elle est compréhensive. Il faut du temps et de la patience mais je m'énerve de moins en moins et les colères et les crises sont de plus en plus rares. On y arrive tout doucement. (Et merci ça me fait chaud au coeur que ça se ressente dans ce que j'écris).

      Supprimer
  4. Si tu es aussi vigilante à cette question, y'a pas de raison que ça perdure. Et puis, jusque là, elle ne l'a fait qu'exceptionnellement et elle sait l'expliquer à chaque fois. Je suis certaine que ça passera très vite mais je comprends aussi tes inquiétudes. J'aime bien cette fin de billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cécile. Elle a son petit caractère la miss alors on essaie de ne rien laisser passer.

      Supprimer
  5. côté tempérament et réactions ta chouquette c'est un peu notre Bouchon ... où je suis soulagée c'est qu'à l'école elle n'est pas dans le groupe des "agresseurs" (et cette année ouah qu'est-ce qu'il y en a chez les petits c'est limite flippant) contrairement à la maison où elel martyrise sa grde soeur (et oui les rôles sont inversés) et nous ... enfin elle a essayé mais fait semblant de nous taper comme la tienne ! en ts les cas, c'est un boulot de longue haleine ... maintenant elle ne se traîne quasi plus par terre ... un pas en avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu l'as dit... de longue haleine. je crois que je me suis trouvé des trésors de patience. C'est avant tout un gros travail sur nous même ces histoire d'éducation. J'avoue que je flippe un peu pour l'école, dans quelques mois on sera fixés.

      Supprimer
  6. Ici, j'ai beaucoup galéré avec Cromignon, pour qui le fait de donner des faffes semble être un moyen de communiquer...on en sort mais c'est pas encore gagné...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas évident dans ce cas là de leur faire comprendre qu'il ne faut pas. Bon courage.

      Supprimer
  7. Je pense qu'il y a chez beaucoup d'enfants cette phase "normale" où ils s'expriment avec des gestes qui peuvent être un peu violents. J'ai connu cela durant plusieurs mois avec mon fils (le fait qu'il ne parle pas encore joue beaucoup) et je ne le lâchais jamais, le réprimandant à chaque fois. Et comme tu le dis bien, on essaie de comprendre pourquoi et de désamorcer le problème. Aujourd'hui, ça a l'air de lui être passé. J'ai toujours eu peur que mon enfant soit un agresseur, mais je me dis qu'avec une bonne écoute, de la patience et en ne cautionnant jamais ces gestes, on peut arriver à un résultat positif même si ça peut prendre un peu de temps ;).
    Mais j'ai vu aussi le comportement d'un enfant plus âgé (3/4 ans) qui pendant 20 minutes à agresser tous les enfants du parc (tirer les cheveux, gifle, insulte, pousser violemment et même mettre un doigt dans l'oeil volontairement). J'ai quand même vu que c'était bien différent de l'enfant qui tape ou pince sur le coup de la frustration ou de la jalousie. Le parent qui l'accompagnait n'a pas réagit une fois et ça m'a bien perturbée. Là, je pense que ça doit cacher une certaine souffrance chez ce petit et j'avoue que même si j'étais bien énervée après lui et surtout le parent, il m'a fait de la peine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi j'en vois des petits comme ça et on voit bien que les parents ont lâché l'affaire (où ne s'y sont jamais vraiment impliqué). Je ne juge pas, on ne connait pas la vie des gens, mais si c'est juste par désintérêt, ça me fait aussi beaucoup de peine pour ces enfants qui ne demandent qu'un peu d'attention.

      Supprimer
  8. Bonjour, je découvre ton blog et ce sujet me parle particulièrement. Je rencontre ce souci avec ma petite dernière de 28 mois. Elle a quel âge la tienne ?
    Je te laisse les liens des deux articles que j'ai écrit sur le sujet. Merci à toi pur ce billet plein d'espoir.
    http://rosalie.overblog.com/2014/01/violente.html
    et celui la aussi :
    http://rosalie.overblog.com/2014/02/violente-2-la-suite.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée lire tes articles, je t'y ai laissé un petit commentaire. Donc la mienne a deux ans et demi et on reste vigilants ;-) Bon courage pour la suite.

      Supprimer

Dis moi tout!