jeudi 23 mai 2013

Vouloir un enfant c'est être égoïste (un peu)

Pourquoi vouloir un enfant quand la vie te sourit, que la jeunesse est tienne, que la personne qui partage ta vie ne partage que la tienne? Non mais franchement, avoir un bébé c'est pas un truc de maso?

Pourquoi vouloir sacrifier tes soirées, tes grasses matinées, ton budget shopping, ton teint frais et pétillant?

On se l'demande... ou pas...

Je vais te raconter une petite histoire... Quand avec l'Homme on s'est rencontré, à l'époque où il était fou d'amour pour moi (hum) il voulait me faire des bébés, des tonnes de bébés... mais moi j'avais 18 piges, des études à finir, à avenir à tracer, alors je lui ai vite jeté un seau d'eau froide sur le slip.

Quand nos études ont été fini, quand nous avons enfin réussi à déjouer les pièges de la vie active et des fucking clauses de mobilité, nous avons pu nous installer, ensemble, dans notre chez nous et avoir des projets: acheter, maroufler, se marier, partir en voyage de noce, faire des fiestas, dormir le lendemain...  Là, pour moi, c'était LE moment! Ah ben oui mais pour lui, ça ne l'était plus du tout. Il avait mûri dans sa tête le bougre, il trouvait qu'on était bien tous les deux, que les enfants ça faisait beaucoup de bruit et énormément de tracas... J'étais dépité, il a fallu que je sois patiente et persuasive.

C'était sans compter sur la vie, cette garce, qui avait décidé de nous faire patienter encore un peu plus... et plus ce bébé s'éloignait de moi plus je le désirai, lui, un deuxième et peu être même un troisième. Je n'étais pas encore enceinte de Chouquette que j'avais déjà envie de me venger, de prendre une bonne grosse revanche sur la laïfe. Oui je suis du genre tête de mule, déterminée, toussa toussa... (mais sympa quand même hein!)

Ton humble serviteur enceinte de 7 mois (ouai j'ai pas fait semblant)

Et Chouquette est arrivée, elle nous comble de bonheur, elle est jolie et espiègle. Encore aujourd'hui j'ai l'impression que ce n'est pas possible, elle est trop top of the pop pour être vraie. Et pourtant c'est notre petite fille à nous, on l'aime d'un amour fou.

Voilà, l'histoire est si belle qu'elle pourrait s'arrêter là, mais justement elle est trop belle...tellement belle que ça serait magnifique si elle pouvait se répéter encore une fois.

Le désir d'enfant reste un grand mystère pour moi, ça vient du ventre, ça vient des tripes, c'est bestial et animal mais ça reste malgré tout un acte d'amour. Le hic c'est que suis humaine et douée de raison (quand même un peu roooh) et que cette décision ce n'est pas une décision à prendre seule. L'Homme ne comprend pas, il est heureux comme ça, point. Pourquoi rajouter un élément à notre famille, pourquoi se serrer un peu plus dans notre petite maison, pourquoi se rajouter du stress et des sushis soucis, des sources de disputes supplémentaires, pourquoi agrandir un peu plus encore le trou béant dans nos économies?

A ses questions pertinentes (mais vachement pessimistes quand même tu en conviendras) j'ai envie de lui répondre:
"Mais les autres le font bien, pourquoi pas nous?" Alors que je suis la première à dire que la vie de nos pairs ce n'est pas la notre et qu'on doit avancer avec, mais pas pour les autres.
"Mais c'est si mignon un bébé" Après quoi je me rappelle les trois premiers mois de Chouquette et je me dis que ce n'est vraiment pas le meilleur argument du monde.
"Parce que j'en ai envie!" Bonjour je m'appelle Amélie, j'ai 5 ans et à Noël je voudrai un Petit Poney arc-en-ciel, un popples arc-en-ciel et une poupée Blondine du pays de l'arc-en-ciel (80's powa)
"Parce que j'en ai besoin!" Allo docteur, elle a pas eu sa dose de vergetures la p'tite dame.

Non, je ne sais vraiment pas comment le convaincre que ça va être fun et bigarré, vu que je n'en suis pas persuadée moi-même. Je sais juste que c'est ce que je veux, que mon histoire ne sera jamais complète sans une deuxième grossesse, sans un deuxième petit bout après qui râler. L'univers veut me faire faire des trucs de fou, j'en ai bien conscience, mais voilà je ne suis que sang, chair et hormones et je n'arrive pas à lutter. L'Homme a perdu cet instinct de reproduction, surement que cette fucking crise y est pour quelque chose, les mecs c'est vachement plus terre à terre, mais je crois surtout qu'il a la trouille, la trouille de remettre ça, la peur de ne pas tenir le choc, de ne pas être à la hauteur.

Le doudou de la persuasion poke Cécile Lamèresi

Alors je m'auto-flagelle un peu en me disant que je n'ai pas le droit de le faire plier, lui, à mon désir, que finalement, vouloir cet enfant, c'est être super égoïste... mais dans le fond, en relisant mes premières lignes j'ai l'impression que de ne pas vouloir d'enfant c'est aussi être un peu égoïste, non?

T'as vu, même toi j'essaie de te persuader, j'suis incorrigible. *Gros spleen*




Rendez-vous sur Hellocoton !

58 commentaires:

  1. Bon, je voudrais pas me la jouer un peu lourdos là, mais vu comme tu es archi mimie bombasse quand tu es enceinte, t'aurais pas un vrai argument massue pour ton homme. Tu vois, un du genre qui monopolise un peu leurs pensées à nos gentils cro-magnons (si si, un peu quand même). Je sais pas moi, ressors des soutifs de grossesse pour lui prouver par A+B que si, quand même, y'a pas photo (je me trompe ?). Et rappelle lui comment c'est après le 3ème mois (mais ne lui rappelle pas comment c'est aussi après le 6ème!). Tu verras, je suis sûre qu'il réfléchira différemment ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même ça je ne suis pas sûre que ça marche... mais hier il m'a vu compulser quelques photos pour illustrer l'article, il a longuement regardé et il s'est sauvé ^^ Il a eu peur que j'embraye sur le sujet.

      Supprimer
  2. Moi je trouve que c'est égoïste de ne pas avoir d'enfant (quand on peut bien sûr... dixit la fille qui en a "chié" pour avoir ses filles !) C'est tellement plus cool lorsque l'on n'est qu'à 2 sans trop de responsabilités, ni souci du lendemain !!! Un c'est bien... 2 c'est mieux !... Par forcément pour les parents (lol)... encore que... une fois rodé... on s'aperçoit que tout est plus facile et moins stressant... mais TELLEMENT pour les enfants !!! Pour ma part, je trouve ça triste un enfant unique et je pense aussi que les parents investissent trop sur sa tête et que si un jour, accident il y a (quelle horreur !...), départ loin de vous (autre pays, autre continent...)ou que ne sais-je, il n'y en a pas d'autre pour aider les parents à refaire surface... à avancer contre vents et marées !... Voici ma réflexion du jour et puissent ces arguments apporter de l'eau à ton moulin !... ;o) Bizzz. Mymy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adhère pas trop à l'argument du "et si il arrivait malheur" car je pense que la douleur est de toute façon invivable et inhumaine mais le "un c'est bien, deux c'est mieux!" je prends! ;-)

      Supprimer
    2. oO , l'enfant joker, l'enfant de rechange , ah ouai ça c'est THE argument :-s

      Supprimer
  3. Faire un enfant pour en avoir encore un en cas d'accident, c'est un argument très contestable. Et si les deux enfants sont dans la même voiture qui s'écrase contre un arbre, on en fait 4 au cas où?
    Ce que je vais te dire est bateau et culcul à souhait mais franchement, deux enfants c'est que du bonheur. On a traversé un baby blues à deux pendant au moins 4 mois, à se dire que deux enfants c'est trop de travail, qu'on y arrivera jamais, qu'on aurait jamais dû les faire si rapprochés, on passait notre temps à changer les couches, donner les biberons et on s'écroulait sur le lit le soir venu. Puis avec le temps, on a pris nos marques, nos enfants sont de plus en plus complices et c'est tellement beau de les voir ensemble que je pense au troisième. Mon homme est moins pressé mais il n'est pas catégorique alors j'ai un espoir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'on oublie vite ,nous, les mamans, les moments difficiles et que nos amoureux en ont un souvenir plus net. Le baby blues ça c'est une de mes craintes, oui j'ai envie d'un deuxième mais j'ai un peu la trouille aussi ;-) C'est bien si déjà la discussion est ouverte avec ton homme.

      Supprimer
  4. Je comprends bien ton désir....j'ai eu le même...et finalement c'est l'Homme qui un jour m'a dit "on le fais alors ce petit deuz' ?"
    Je me dis que j'aimerais bien un p'tit trois(mais pas maintenant), mais je pense que là il faudra un miracle pour que l'Homme soit ok !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je ne suis pas certaine d'en assumer trois mais deux c'est sûr et certain. Bon j'espère que le jour béni que tu as connu viendra pour moi ;-)

      Supprimer
  5. Un bon argument c'est celui de l'enfant unique. Je suis enfant unique et je peux te dire que je le regrette grandement. D'ailleurs, je compte bien faire un 2ème enfant si l'univers le veut bien. Etre enfant unique c'est devoir jouer tout seul étant enfant (sauf s'il y a des petits cousins à proximité ce qui n'était pas mon cas), c'est être égoïste, ne pas apprendre à partager les jouets, l'amour de ses parents, la nourriture, etc. Et à l'âge adulte, c'est avoir un gros poids sur le dos. J'aurais voulu partir vivre à l'étranger et je ne l'ai pas fait pour ma mère, je n'osais pas lui infliger ça. J'ai eu aussi la pression pour faire un enfant car mes parents n'auraient jamais été grands-parents sinon. Quand ils seront vieux, je serai seule pour affronter cette vieillesse, pour m'occuper d'eux ou pour payer leur maison de retraite, je vais faire comment avec mon maigre salaire? On n'y est pas encore, loin de là. Ce que je veux exprimer c'est qu'être enfant unique c'est avoir beaucoup de responsabilités. On s'efforce d'être l'enfant le plus parfait possible car il n'y en a pas d'autres sur qui les parents peuvent se reposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends ce que tu veux exprimer Elodie, je ne suis pas enfant unique et j'ai de très bonnes relations avec ma soeur, je ressens beaucoup moins cette responsabilité qui semble peser sur tes épaules. Et puis un frère ou une soeur c'est tellement précieux.

      Supprimer
  6. arf, tout ça n'est pas évident c'est sûr.
    Laisse lui encore un peu de temps à ton homme, il a surement le même cheminement que toi, mais il va mettre un peu plus longtemps à arriver à la même conclusion.
    Et cette envie viscérale d'un bébé, quand on n'a pas eu les câlins intra-muros, les sensations, toutes ces choses dont les papas sont privés et qu'ils ne vivent que par nos descriptions et leurs mains sur notre ventre, elle est nettement plus compliquée à concrétiser pour eux aussi.
    faites-vous une liste pour/contre un petit deuz, ça vous permettra aussi d'en parler et peut-être d'avancer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime le concept de câlins intra-muros ^^ Par contre la liste je ne suis pas sûre que ça marche, c'est pas un amoureux des mots mon Homme. ou alors il faut que je lui fasse un powerpoint comme pour son boulot ;-)

      Supprimer
  7. J'adore! Et oui on doit être un peu maso pour avoir envie de remettre ça! Mais comme tu dis ça vient des tripes, ça ne s'explique pas! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! oui c'est inexplicable, c'est d'autant plus dur à argumenter.

      Supprimer
  8. Oh oui, ça prend aux tripes... Et c'est dur quand les deux ne sont pas sur la même longueur d'ondes...
    Tu as essayé de lui dire que deux enfants, c'était vachement moins de travail qu'un seul ? Si, si ! Et je suis sobre en disant ça ! Bon, ok, pas au tout début... Mais après, quand le deuxième a un peu grandi, il joue avec le premier ! Tu n'as plus à les occuper, à leur trouver des activités, à jouer avec eux à longueur de journée ! Non, ils s'en chargent parfaitement tous les deux !!!
    Un gros gros câlin pour toi en attendant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ça je lui ai déjà dit quand il se plaint d'une journée non-stop avec une Chouquette pot-de-glue. Mais du coup il préfère ne plus rien dire et partir jouer de nouveau avec elle.

      Supprimer
  9. Coucou Amélie,

    ah les popples, je les avais oublié!!!!

    parenthèse fermée, c'est le mot, c'est viscéral cette envie d'enfant, je dirais meme plutot ce besoin d'enfant. Pas évident de lutter contre.

    De par ma propre expérience, l'arrivée d'un deuxième chamboule aussi beaucoup, la routine qu'on a pu réinstaller une fois le premier bébé grandi explose de nouveau en éclat avec d'autres contraintes. C'est de la fatigue, ce sont des tracas mais bizarrement c'est là où je nous ai ressenti en tant que famille .

    mince ma collègue, je reviens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah fichue collègue! lol
      Je pense qu'il a aussi peur que notre routine vole en éclat, c'est con mais moi le soir je me dis tiens, quand on aura un deuxième il faudra prendre les bains à la chaine, faire une autre assiette... je m'y projette totalement.

      Supprimer
  10. Alors moi je le comprends tout à fait l'Homme, et je vois que toi aussi tu l'as bien compris. C'est pas égoïste que de ne pas vouloir d'enfant, si il faut vraiment trouver une cause, on peut parler de trouille oui, comme tu l'as écrit, mais c'est peut-être aussi juste vouloir bien faire avec ce qu'on a déjà, juste devant nous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et ne t'inquiète pas, je pense qu'il va changer d'avis avec un peu de temps, il ne voudrait pas d'une Chouquette-super-star-pourrie-gâtée enfant unique qui chouine tout le temps parce qu'elle s'ennuie ;) nooooooooon
      bisous, bisous, et re bisous

      Supprimer
    2. Tu sais quoi Mimil je lui ferai lire les commentaires et je lui dirai, "tu vois, ce qu'elle dit Mimil, et ben c'est pas faux!". Bisous

      Supprimer
  11. Roh là là comme c'est pas simple. Et combien je te comprends. Pas que l'homme veuille pas d'autre bébé, mais que tout ça me semble super lointain là-maintenant-tout de suite.

    Est-ce que c'est un non négatif ou un non pas maintenant pour ton mec ? Es-tu prête à attendre ou pas ? J'crois bien qu'il va falloir vous positionner tous les deux faces à ces questions, qu'est-ce qui est de l'ordre du négociable et du non négociable pour chaque partie.
    En tout cas l'argument enfant unique c'est pas rien. Ma mère l'a été et en a beaucoup souffert. Moi j'ai trouvé ça super d'avoir une sista avec qui partager plein de trucs.

    PS : t'es crô belle enceinte (et pas enceinte aussi oeuf course !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben moi je veux bien attendre mais pas trop parce que je sens que si la routine s'installe trop ça va être encore plus difficile de se replonger là dedans. Lui me réponds "n'y compte même pas!" et des fois il a des réactions qui me redonnent espoir (c'est pas cool hein!)
      Et merci ;-)

      Supprimer
  12. Rho ben absolument tout comme toi. J'hésitais à avoir un bébé. A partir du moment où nous avons sauté le pas, j'étais obnubilée par ça et depuis que j'ai eu la loupiotte j'ai ce sentiment ambivalent d'être comblée, mais aussi incomplète (oui, oui) tant que je n'aurais pas TROIS enfants.
    Autant te dire que je suis archiprête pour le 3ème. Mais mon mari trouve que c'est trop tôt avec l'argument choc que si je me retrouve en arrêt, je ne pourrais pas l'aider à poser le carrelage dans notre maison. AH AH AH. J'espère que nous arriverons bientôt à les décider ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non mais Monsieur Agit, cet argument n'est pas recevable, il va falloir trouver autre chose, ou pas! ;-)

      Supprimer
  13. Il n'a pas de frère ou soeur ton Homme?
    Parce que pour moi c'est l'argument qui dépasse tous les autres. C'est trop mignon de voir son bébé devenir une grande soeur, toute mimi, protectrice, qui apprend plein de jeux et de bêtises à son petit frère.
    Et les miens ont 2 ans d'écart, ils se font de gros calins quand ils se retrouvent le soir, ils se manquent si l'un dort chez papy et Mamie. Je trouve que c'est une vraie chance pour eux.
    Et pour moi qui ai une soeur, un enfant unique c'est un peu triste quand ça grandit...
    Je te souhaite de réussir à persuader ton Homme car je comprends très bien ce que tu ressens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Stéphanie! Si il a une soeur mais c'est pas un argument qui fera mouche pour lui, il n'y a pas cette complicité que je connais avec la mienne entre eux et ça il a du mal à le concevoir.

      Supprimer
  14. Moi, j'ai eu un mal fou... j'ai cru que c'était foutu, j'étais trop triste... Il était catégorique. Etant fils unique, ça lui faisait peur...et un jour, il en a parlé à quelqu'un en qui il a super confiance, un super pote plus âgé... plus expérimenté in the life ;), et ça a tout débloqué. Maintenant il est super content qu'on attende le second et même il adore mon corps de femme enceinte, encore plus que pour la première grossesse. Alors, je ne regrette pas d'avoir insisté au moins pour qu'il comprenne à quel point c'était important pour moi. Donc, ce n'est jamais foutu... j'ai envie de te dire que si tu as vraiment ce désir dans tes tripes... persévère !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerai qu'il en parle avec quelqu'un d'autre aussi mais pour lui ceux qui font plus d'un enfant sont complètements fous... et moi je lui dit, on est déjà azimutés c'est pas grave, soyons fous! ^^

      Supprimer
  15. Le mien aussi est très terre à terre. Je présume que ça contrebalance nos hormones de femmes reproductrices, c'est pas si mal !
    On attend notre première d'un jour à l'autre (je vais exploser) mais il est assez clair dans sa tête qu'il n'y en aura qu'un. Alors que, moi, je me vois bien avec deux enfants... Je garde l'espoir que la 1ère sera tellement charmante (elle a intérêt !) qu'il en veuille un doublon mais je sais qu'il y a peu de chances que ça arrive !
    Je sais aussi que si le bébé n'est pas vraiment désiré par les deux personnes alors c'est très mauvais pour le couple. Et je me dis que je préfère garder mon couple et ma future (proche !) fille autour de moi que de m'accrocher à l'idée d'un éventuel futur 2ème bébé que je ne connais pas !
    Seul le temps te répondra mais il ne faut pas forcer l'Homme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, c'est pour ça que je préfère poser ça en mots, ça m'aide à prendre un certain recul sur mes émotions. J'essaie de le comprendre, lui.

      Supprimer
  16. Elle est encore petite ta puce, attend que l'homme réalise que ce n'est plus un bébé, qu'elle grandit bien trop vite et qu'il aimerait bien, finalement, revivre tous ces moments magiques avec un autre.
    Et puis, ce n'est pas égoïste de vouloir un 2e : c'est le + beau cadeau que tu puisses faire à ta fille. Quand je vois comme la mienne a évolué depuis que le lardon est là, c'est incroyable. Quel amour, quelle complicité entre les deux. Elle est gaga de lui, il l'idolâtre. C'est magique <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle est petite et pourtant ce n'est plus un nourrisson mais je crois que tu as raison, pour lui il est encore trop tôt. Quand même ça donne envie ;-)

      Supprimer
  17. Nan, mais t'es folle, ton billet me donne envie de faire le 3ème. Comme je comprends ton désir... Et accroches sur le frigo cette photo de toi enceinte, il va finir par craquer. Comment t'étais bonnasse enceinte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sort du coeur celui là, je n'ai pas mis trois plombes à l'écrire. T'as raison, je vais mettre la photo sur le frigo, moi ça m'aidera pour mon régime et lui ça lui donnera peut être des idées ;-) merci!

      Supprimer
  18. Bin tiens... Moi je criais haut et fort que je ne voulais plus jaaaaamais avoir d'enfant, et la, je ne pense plus qu'a en avoir un p'tit troiz... Et pourtant, je galère déjà comme c'est pas permis !!
    Mazo... C'est le mot !
    En tout cas, je te souhaite que ton homme murisse dans sa reflexion,et que vous trouviez ensemble un compromis qui vous rendra heureux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois, je te l'avais dit, ne jamais dire jamais ;-) Il faut qu'on en parle, même si ça n'avance pas beaucoup, j'en ai besoin.

      Supprimer
  19. j'adore ton texte et ta photo... comme tu le dis ça se ressent en un enfant... peut etre que ton chéri a besoin de temps et d'arreter de réfléchir car c'est clair que si on réfléchit trop on en fait aucun! pour le moment, ici pas de second mais ayant 5 ans de différence avec mon frère je ne suis pas encore au stade critique de me dire "maintenant ou jamais" (elle a deux ans)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouquette n'a pas encore 2 ans et pourtant le désir est très fort, même si comme tu le dis, y'a pas encore de date de péremption ^^ Merci pour les compliments.

      Supprimer
  20. l'argument de l'enfant unique est imparable (ou presque!) :) tu ne veux pas un enfant pour toi, mais un frère ou une sœur pour ton enfant! Enfin, c'est ce que j'ai dit, mais en réalité je le voulais pour moi! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui présente comme ça aussi mais il le sait bien que je le veux aussi pour moi. Je suis du genre à avoir du mal à cacher mes sentiments ^^

      Supprimer
  21. Alors, comme ici, c'est moi qui voulait pas du deuxième, mais que mon homme a réussi à me convaincre, je te sors ses arguments ;)
    Laisser un enfant seul, ça n'est pas lui rendre service, il n'apprend pas la négociation avec ses pairs de façon aussi intensive, il est beaucoup trop choyé par ses parents, en gros, on est responsable de faire un inadapté social (^^)
    Le deuxième enfant, il s'élève aussi avec le premier, il est moins demandeur, il regarde son aîné, cherche à l'imiter (surtout dans les bêtises), bref, moins demandeur.
    Quand ils sont un peu plus grands, ils jouent ensemble en autonomie et te squattent pas en permanence.
    Bon, celui de l'enfant unique néfaste est celui qui m'a le plus convaincue ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les arguments d'un mâle (qu'il connait en plus) ça peut faire mouche, merci! ;-)

      Supprimer
  22. Sincèrement, le "Amélie, cinq ans," qui écrit au père noël, je ne vois pas comment lutter contre. J'ai essayé, tu le sais, tu m'as lue, de "laisser le temps" d'être "une autre", qui contrôle ses désirs, qui laisse le temps. Et puis je me suis mise à pleurer au travail (ce n'était plus ce que je voulais, oeuvrer à ma carrière, c'était un pis aller, je VOULAIS un bébé.) Et puis un peu plus tard, je suis tombée très malade, et moi qui ai bossé en médecine alternatives, je le voyais comme le nez au milieu de la figure (celui de cyrano) que mon corps m'envoyait des messages de plus en plus fort... je ne pouvais plus avancer sans ce bébé. Cédric était mort de trouille et pas prêt, tu le sais. Plus tard (après que nous eûmes péché), il m'a dit que ce qui l'avait "connecté" lui aussi avec le bébé, c'est quand je lui parlais de ce que je ressentais, de mon désir à moi, HORS TENTATIVE DE LE CONVAICRE. Je m'explique. Il apparaît que la subtile nuance entre le "je veux un bébé, tu vas voir, ce sera magnifique" (tentative de persuasion) et le partage d'une rêverie "Je sens cette chaleur en moi" (et en l'écrivant, je trouve ça sexy, mais ça n'est pas le but)"j'ai tellement d'amour dans ma chair, dans mon ventre" (bon dire des choses comme ça à haute voix, il n'y a peut être que moi dans le délire, mais cédric m'a aussi épousée pour ça...); cette nuance, disais-je, est un monde. Et je comprends Cédric. De voir à quoi j'étais connectée, à quelle force d'amour, à quelle réelle beauté, il a eu envie aussi de lui donner corps.
    C'était Lucie Citharelle, dans "Le commentaire le plus long", prix de la prise de tête existentielle à Cannes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucie pour tes interventions si vraies et si chères à mon coeur. Sinon je ne suis pas sûre que mon homme à moi saisisse toute la poésie que ces moments inspirent. Mais qui ne tente rien n'a rien! ^^

      Supprimer
  23. Pfiou je ne sais même pas quoi commenter! C'est une sacré prise de tête ça, quand les hommes ne sont pas prêts qu'ils sont têtus, hermétiques au bonheur !

    RépondreSupprimer
  24. Moi je te comprends tout à fait et j'aurais pu écrire un truc dans le même genre que toi...et oui moi aussi je me demande si je ne suis pas égoiste d'en vouloir un troisième...parce que ce n'est pas fini pour moi tout ça, j'ai pas tourné la page et que je veux être enceinte encore, une toute dernière fois....
    et je me dis aussi que je dois écouter ses désirs, mais les miens aussi zut !!!
    alors, oui s'est égoiste mais de ne pas en vouloir d'autre, ou ne pas en vouloir du tout c'est tout aussi égoiste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, on fait plaisir à qui du coup, on écoute les désirs de qui? Qui a le plus de légitimité sur le sujet... le gros casse tête quoi!

      Supprimer
  25. Et oui sacré dilemme de nos jours que la question de la famille!!!!!!
    Je comprends, en tant que maman, ton besoin de porter à nouveau la vie et d'agrandir la famille, parce qu'on y prend goût malgré la fatigue, les premiers mois difficiles et pas toujours roses ;-)
    Je te rejoins pleinement quand tu écris que la maternité çà nous prend aux tripes, çà s'enracine là, tout à fond de notre ventre, indescriptible et pourtant si fort.
    J'ai deux enfants dont un petit dernier de 10 mois, je sais qu'il y aura un troisième et j'espère un 4ème - mais me dire un jour qu'il faudra faire le deuil de la grossesse, çà je crois que ce sera une étape très éprouvante!
    Alors je ressens tes mots (maux?)... - et puis soyons honnête, un enfant unique c'est pas top, tente l'argument de l'épanouissement dans la fratrie ;-))) Qu'il ne soit pas égoiste vis à vis de Chouquette! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est beau ces envies de famille nombreuse! On va essayer de parlementer encore et encore, mais c'est sûr moi j'ai envie de porter encore la vie et de voir grandir un autre petinous.

      Supprimer
  26. Comme je te comprends, je rêve d'un deuxième alors que la première ne dort pas la nuit ! Mais c'est comme ça, j'en ai besoin, mais ce n'est pas le cas de mon homme non plus... J'espère qu'ils changeront d'avis ;) Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, on galère encore avec le premier, mais c'est inexplicable, on a déjà besoin de penser au deuxième.

      Supprimer
  27. Nouvelle par ici, très belle découverte.
    J'adore cette petite histoire et me tarde de lire les autres,
    Justemment récité je pense que tu dois y penser bequcoup plus que tout le monde, qui serais-je pour te conseiller. je suis dans cette premiere periode de ma vie de maman. la période ou physiquement nous ne sommes pas considéré comme maman, mais ou l'on recent très bien ce besoin maternel de former une famille.
    On en rediscutera plus tard, veux tu ? En tout cas je suis préssé, c'est merveilleux la vie.
    Bonne journee a toi. A bientôt.
    Louise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Louise pour tout tes gentils compliments et bienvenue à toi par ici. J'en rediscuterai avec toi quand tu le veux! je t'espère une jolie aventure très rapidement.

      Supprimer
  28. Moi je ne comprends pas pourquoi on reproche aux gens qui ne font pas d'enfant d'être égoistes car faire un enfant pour moi c'est égoiste. Je suis un homme qui, comme beaucoup de gens a des instants de bonheur mais ne peut pas dire qu'il est heureux en permanence. Si mes parents m'avaient demandé l'autorisation de vivre (on imagine que ce serait possible) "est ce que tu veux vivre ?" j'aurais dit non, je ne veux pas vivre. Je trouve que la vie c'est beaucoup de contraintes, mon boulot n'est pas une passion, ça joue peut-être aussi, j'ai une vie sentimentale par contre et heureusement. Bref, pour moi faire un gosse en 2014, c'est égoiste, c'est pas un jugement de valeur c'est un fait, je refuse qu'on traite les gens qui ne veulent pas d'enfant "d'égoiste" car la vie c'est pas toujours du bonheur, ça peut être très généreux de ne pas vouloir faire un enfant qui peut-être ne connaitra jamais le bonheur. Les gens répètent les conneries qu'ils entendent alors ils répètent bêtement que ne pas avoir d'enfant c'est égoiste. J'ai entendu à la radio qu'une ado sur 5 à déjà essayé de se suicider alors arrêtons de juger les gens qui ne veulent pas d'enfant. Je comprend et respecte les gens qui veulent des enfants mais je ne supporte pas qu'ils jugent les hommes comme moi qui ne veulent pas d'enfant (je précise que ma femme est d'accord avec moi, elle a 45 ans et n'a jamais voulu d'enfant)

    RépondreSupprimer
  29. je suis tombée sur ton article pas hasard, allez hop je commente et voici une des raisons principales pour laquelle je voulais un autre enfant..
    pour moi c'était important que mon fils ne grandisse pas fils unique, pour mille et une raison à vrai dire, car je trouve ça juste génial cette complicité entre frère et soeur, hormis les bastons mais ça ça fait parti du jeu :) pour se construire, pour apprendre, pour partager, pour la famille, pour plein de raison grandir à deux c'est quand même plus fun ! j'en ai aussi vraiment pris conscience quand mon père est mort, heureusement et mille fois merci à mes parents pour le coup, j'avais mon frère avec moi. je n'étais pas seule dans cette épreuve. on était deux, on se comprenait et on s'est soutenu mieux que je n'aurai jamais pu le faire avec ma mère ( qui était divorcé de mon père d'ailleurs) ça aurait été TRÈS compliqué sans lui et franchement aussi bien dans les supers moments que dans les moments durs avoir un frère ou une soeur c'est indispensable. selon moi :)

    RépondreSupprimer

Dis moi tout!