vendredi 19 avril 2013

Nouvelle galère à la casa Epicétout: j'ai testé pour toi le dégât des eaux

Tiens, aujourd'hui j'ai envie de te parler un peu de ma laïfe (pour changer, hin hin!). La vie est comme ça, avec des hauts et des bas: une galère qui arrive quand le compte en banque voit déjà rouge, un rayon de soleil qui se pointe quand t'as plus une paire de tongs potable, une irrépressible envie de fondant au chocolat qui te prend quand y'a plus de pralinoise dans le placard... la vie parfois c'est moche.

Hier la vie elle s'est dit que ça faisait longtemps qu'elle était pas venue mettre son grain de sel à la casa Epicétout. C'était le matin, le radio réveil braillait trop tôt et trop fort, comme tous les matins d'ailleurs... mais il était temps pour moi de lever mon popotin et de commencer une nouvelle journée de folie.

Seulement, il y avait comme un truc qui clochait, un bruit sourd qui contrastait avec le silence qui avait l'habitude de régner dans cette maison avant le réveil de Chouquette. Je fais le tour de la maison mais je ne trouve pas d'où vient ce drôle de bruit... j'avance vers le garage, ça s'amplifie, j'ouvre la porte j'entends un gros bruit...d'eau?, j'entre dans la buanderie et là... c'est le drame.

Un énorme geyser de flotte part des canalisations. Je suis à moitié à poil, j'ai les pieds dans l'eau et j'hurle "Boubou on est inondés!!!". Bon le fait est que je suis restée là, à paniquer comme une cruche, alors que l'Homme en arrivant a tout de suite eu le réflexe de couper l'arrivée d'eau.

Bonjour il est 7h du mat' et t'as une serpillère dans chaque main, vas-y esponge! Qu'ils sont doux ces matins qui commencent bien à la casa Epicétout.

Bon là au moment où tu me lis on a pu remettre l'eau en route mais on a quelques travaux à prévoir rapidement, la buanderie a un peu morflé donc elle est en phase de séchage. Gertrude et Marcel n'ont pas l'air d'avoir trop souffert du taux d'humidité plutôt élevé, mais pour l'instant ils sont encore débranchés.

Gertrude et Marcel, heureux, avant le sinistre...

J'ai hâte de connaitre le montant des réparations et de commencer une joyeuse bataille avec mon assurance pour récupérer quelques kopecks pour la rénovation de cette pièce stratégique.

C'était Amélie, ton fidèle serviteur, en direct de la casa Epicétout, au lendemain d'une nouvelle journée de la loose, à vous les studios!

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Ohlala ma pauvre, c'est vraiment pas la joie ça :(

    RépondreSupprimer
  2. Non ça craont, enfin c'est surtout le devis du plombier qui craint et l'odeur d'humidité (pouark!)

    RépondreSupprimer

Dis moi tout!